Bandeau
APMEP Île-de-France
de la maternelle à l’université

Site de la Régionale Apmep Île-de-France

logo article ou rubrique
Rencontre autour de l’algorithmique et de la programmation
Article mis en ligne le 29 juin 2018

par Claudie Missenard

L’algorithmique est entrée dans les programmes de collège depuis plus d’un an et c’était le thème de la rencontre de la Régionale le mercredi 7 mars 2018.

L’idée numéro 1 de cette rencontre était de faire le point, entre collègues enseignant en collège. Comment avaient-ils introduit ces parties nouvelles du programme ? Quelle était leur pratique ? Quelles étaient leurs difficultés ?

L’idée numéro 2 était de réfléchir à ce que cette introduction de l’algorithmique en collège allait changer pour l’enseignement en lycée, et comment faire le lien et s’appuyer sur les connaissances qu’auront les élèves sortant du collège pour enseigner au lycée. De plus, la rencontre s’inscrivait dans un partenariat avec l’IREM Paris Diderot puisque cette plage était suivie d’une séance du séminaire de l’IREM intitulée "enseigner la pensée algorithmique" animée par Antoine Meyer et le groupe Algorithmique. Cette seconde partie de l’après-midi était destinée à donner un regard plus synthétique et plus théorique autour de la question.

L’échantillon était sans doute un peu biaisé. La quinzaine de personnes qui ont participé à cette rencontre était plutôt constituée de collègues ayant déjà une pratique nourrie et réfléchie. Les objectifs de la rencontre ont-ils été atteints ? En grande partie oui, parce que les échanges ont été riches et aisés de ce fait. Les témoignages précis et honnêtes de nos deux jeunes collègues de la Régionale, Kristel Gabarra-Lazorthe et Germain Roussas, ont été de bons tremplins pour initier la discussion. Le témoignage de Stéphanie Doret a ensuite porté sur le lien collège-lycée et les ressources pour passer en douceur de Scratch à Python.

Ainsi les principaux questionnements sur l’introduction de l’algorithmique dans le cours de maths ont été mis en lumière au cours des discussions.

Les voilà, sommairement listés :

  • manque de formation avant de se lancer dans la pratique avec les élèves. D’où léger sentiment d’insécurité compréhensible.
  • manque de recul sur ce qui a été essayé. Cela semble déjà un peu plus clair que la première année mais pas encore bien décanté.
  • perception assez floue des exigences du programme, de la part globale du temps à consacrer à cet enseignement, de la nécessité ou non d’institutionnaliser des notions, de la possibilité de se contenter de les rencontrer en situation, laissant pour plus tard un enseignement plus formalisé d’informatique.
  • des ressentis positifs par les élèves (enfin pas tous) mais, surtout et c’est ce qui est intéressant, pas les mêmes que les "bons élèves" habituels. En particulier, cet enseignement induit l’espoir de raccrocher certains décrocheurs sur cette partie du programme.
  • intérêt du travail autour d’un projet, axe très naturel en info : on veut arriver à faire quelque chose, et la validation de la réussite se fait par le résultat et non via le jugement de l’enseignant : le programme fait (ou non) ce que l’on a voulu.
  • la question d’une évaluation de type scolaire a été évoquée à travers les exercices posés dans les derniers sujets de brevet, avec toutes les questions que soulèvent ces interrogations "débranchées".
  • des ressources en masse existent pour cet enseignement. De nombreux sites académiques proposent des activités, des formations pour l’enseignant. On trouve beaucoup de choses sur les sites associatifs tels France IOI, à commencer par le concours Castor. La question ne semble pas tant où trouver des ressources mais lesquelles choisir et sur quels critères.
  • le glissement est assez fortement ressenti entre les objectifs mis en avant lors de l’introduction de l’algorithmique, présentée comme au service de l’enseignement des maths, et ceux vers lesquels on tend maintenant : une discipline étudiée pour elle-même. D’où la question sommes-nous prof de maths ou prof d’info ? La plupart des profs de maths, du moins dans l’assistance, ont affirmé leur souhait de rester prof de maths avant tout !

2 documents en téléchargement :

L’intervention d’Antoine Meyer intitulée « Enseigner la pensée algorithmique ? », lors de la séance du séminaire de l’IREM qui a suivi, a été filmée et la vidéo sera accessible à la rentrée de septembre 2018.

Résumé de l’intervention d’Antoine Meyer :

Passage en revue des évolutions récentes de l’enseignement de l’informatique en France (et en particulier celui de l’algorithmique et de la programmation au sein du cursus de mathématiques) à l’école, au collège et au lycée ainsi que dans la formation initiale des enseignants, enjeux à chacun de ces niveaux.

Question de l’existence d’une « pensée algorithmique » et de son éventuelle transmission à des élèves. Qu’est-ce qu’un problème algorithmique et une solution à un tel problème ?

Cette intervention s’appuyait sur les réflexions du groupe Algorithmique de l’IREM de Paris, d’étudiants du M2 MEEF Mathématiques option Informatique de l’UPEM/ESPE de Créteil, et des membres du projet ANR DEMaIn (« Didactique et Épistémologie des Mathématiques et de l’Informatique », université de Montpellier).

 

article suivant



retour au sommaire

Les Chantiers de Pédagogie Mathématique n°177 juin 2018
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS