Algorithmique et Programmation : un nouvel enseignement en mathématiques ?
Article mis en ligne le 30 mars 2017
dernière modification le 29 juin 2017

par Sébastien Planchenault
logo imprimer

bluebothDepuis la réforme des Lycées de Luc Chatel, l’algorithmique et la programmation sont apparues dans nos programmes de Lycée, puis évaluées au baccalauréat en 2012.

Une nouvelle étape est amorcée, avec la réforme de l’enseignement obligatoire, par la mise en œuvre de l’algorithmique et de la programmation dès le collège…

beeboth…mais aussi par des initiations à l’école primaire avec, par exemple, l’utilisation de la beeboth (ci-contre) ou blueboth (ci-dessus), de Scratch Junior ou de Scratch.

Aujourd’hui, une accélération a été donnée par la création au Lycée d’un nouvel enseignement : l’ICN, qui n’est que la généralisation de l’option ISN de la terminale S. Avec l’ICN, le ministère boucle la boucle.

Du cycle 1 à la classe terminale, une cohérence semble être recherchée sur l’enseignement de l’algorithmique et la programmation.

Certains reprochent cette introduction en grande quantité, sûrement ceux qui fustigent le numérique en milieu scolaire, d’autres se plaignent de leur trop petite quantité. On sent bien que ces approches, aussi extrêmes soient-elles, sont le témoignage d’une grande difficulté à repenser globalement le fait numérique dans la société ainsi que le rôle et la mission de l’école dans ce contexte. Effectivement, aujourd’hui personne ne peut nier que le numérique a pris une place très importante dans notre société, l’école doit faire face à un bouleversement des modes de transmission du savoir et répondre aux attentes de la société actuelle.

Je pense, pour ma part, que c’est une bonne chose de vouloir faire comprendre comment fonctionnent tous les appareils que l’on utilise : l’ordinateur, les consoles de jeu, etc. et donc généraliser l’enseignement de l’algorithmique et la programmation.

Je vous recommande de regarder la vidéo de Bernard Chazelle, professeur titulaire de la Chaire annuelle d’Informatique et de science numérique du Collège de France, sur l’algorithmique un changement fondamental. Celle-ci vous éclairera sur l’importance de l’algorithmique dans son utilisation dans les sciences et répondra à vos questions, telles que : « pourquoi aujourd’hui avons-nous besoin d’enseigner la pensée algorithmique très tôt et quels en sont ses enjeux ? »

Enseignant au collège, j’ai pu ressentir un véritable bienfait à enseigner l’algorithmique à mes élèves. De nombreux élèves qui n’étaient plus motivés par l’enseignement des mathématiques changent d’attitude et reprennent goût à faire des mathématiques. Ils sont devenus curieux et cela leur a facilité le travail de logique et de raisonnement. Ce que je regrette, c’est que cet enseignement se fait forcément au détriment d’autre chose, car le temps d’enseignement des mathématiques n’a pas augmenté.

En discutant avec certains collègues, je m’aperçois qu’ils pensent que l’algorithmique ne doit être utilisée que dans le cadre des notions mathématiques. Entre autres, travailler les programmes de calcul, les positions dans un repère, le crible d’Ératosthène, etc. Je suis certain que faire de l’algorithmique c’est déjà faire de la logique et donc des mathématiques. Ce n’est pas parce que vous réalisez le jeu pong avec vos élèves qu’ils ne vont pas faire de mathématiques. Pour réaliser un jeu pong, il faut penser à différentes conditions (les hypothèses), utiliser des variables, des boucles conditionnelles, travailler par essai-erreur,…

Vous allez développer de nombreuses compétences chez vos élèves en travaillant l’algorithmique. Des compétences qui sont indispensables en mathématiques pour résoudre des problèmes dit purement mathématiques. Car on en revient à la même question : l’algorithmique et la programmation font-ils vraiment partie des mathématiques ?

Il est vrai que l’une des questions qui se posent aujourd’hui est : pourquoi l’algorithmique et la programmation font partie du programme de mathématiques et pourquoi le choix n’a pas été la création de la matière informatique ?

Actuellement, le Capes de mathématiques propose une nouvelle option informatique. Sommes-nous à l’ère d’une bivalence pour les professeurs de mathématiques ? Allons-nous enseigner les mathématiques et l’informatique, ou considérons-nous que l’algorithmique est une partie intégrale des mathématiques comme l’algèbre, la géométrie, l’arithmétique,… ? Si je me souviens bien, on s’est posé ces mêmes questions pour les statistiques et les probabilités.

Ce nouvel enseignement soulève de nombreuses interrogations. On pourrait penser que le ministère a fait son choix mais il semble que non : la programmation et l’algorithmique apparaissent également dans le programme de technologie au cycle 4, avec très peu de différences entre les deux programmes. L’APMEP souhaite également réfléchir à ces questions c’est pourquoi elle a créé dernièrement un groupe de travail sur le sujet.



article suivant



retour au sommaire

Les chantiers de pédagogie mathématique n°172 mars 2017
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS


Actus

Le Petit Vert de Lorraine

Le Petit Vert est le bulletin de la Régionale Apmep de Lorraine. Le n°132 du (...)

Math’Gic

Math’Gic est une création de professeurs de mathématiques de Gennevilliers. (...)

Brochure Jeux de l’Apmep

Une nouvelle brochure, en partenariat avec les Éditions du Kangourou, du (...)

Subvention de la Fondation Jacques Hadamard

La Fondation mathématiques Jacques Hadamard, dans le cadre de sa (...)

Actualités régionales

Débat à l’ENS

Un groupe de mathématiciens vous invitent à un débat à l’ENS (...)



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © APMEP Île-de-France - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59